Sortie botanique dans la lande de La Feuillie

La sortie de ce 14 juillet 2015 avait pour thème : orchidées, bruyères et plantes carnivores…

Trois participantes ont accepté de nous faire un commentaire pour le site de l’association. Merci à elles.

Martine-Odile-Alain-Rosie-et-Alain-Brigitte

Le temps gris du début de matinée n’a pas découragé les naturalistes pour cette sortie botanique dans la lande

Première sortie botanique dans la Lande de La Feuillie

Entourée de spécialistes, la non-initiée que je suis, est un peu perdue par les noms latins utilisés… : orchidée, bruyère, plante carnivore… sont quand même plus faciles à retenir que Spiranthes aestivalis, Drosera intermedia, Erica tetralix !!…

Mais, grâce à la patience, la gentillesse et surtout l’envie de transmettre de chacun, je découvre une nature pleine de surprises et une envie d’en connaître davantage.
Merci à tous.

Martine

Carum verticilliatum (Apiaceae), le Carvi verticillé

Carum verticilliatum (Apiaceae), le Carvi verticillé

Sortie bien agréable ce 14 juillet

Je laisse à Odile le plaisir de vous faire partager les espèces rencontrées, je m’en tiendrai au regard que m’a laissé la balade.

J’ai aimé redécouvrir cette ambiance de lande : allée pare-feu récemment rafraîchie avec ses orchidées, ses droseras et tout le reste…

Ensembles de bruyères et de fougères, pins avec clairière de coupe, feuillus éparpillés et, vers la fin, l’approche d’une zone où les feuillus et autres herbacées reprenaient plus d’espace.

Il faisait bon avec un ciel un peu couvert, et marcher sur la tourbe est tellement doux pour notre squelette !

J’ai apprécié entendre notre guide botaniste nous montrer comment regarder l’espace et faire attention aux variations de couleurs significatives d’une occupation différente du milieu par les plantes (taux d’humidité, pente du sol).

J’ai aimé les questions qu’il soulevait : que serait ce milieu sans implication humaine ?
Qu’est-ce qu’une espèce rare ? Rare ou abondante selon l’échelle à laquelle on se rapporte.
Beaucoup de pédagogie dans toutes les explications, on sent l’expérience…

En bref, je me suis sentie rajeunir et j’ai retrouvé une habitude oubliée : prendre des notes pour conserver ces instants.
Merci Alain et je regrette seulement que nous n’ayons pas continué plus loin, il faudra nous y ramener !

Brigitte

La lande est communale, la forêt de pins est gérée par l'ONF et les pare-feu sont entretenus par la communauté de commune afin de favoriser la biodiversité.

La lande est communale, la forêt de pins est gérée par l’ONF et les pare-feu sont entretenus par la communauté de commune afin de favoriser la biodiversité

Botanique dans la lande

L’essentiel de la sortie se fait au niveau d’une bande pare-feu, entretenue par fauchage et, localement, étrépage pour abaisser le niveau du sol et empêcher la repousse des arbres (pins maritimes, chênes, bourdaines…). Nous prenons très vite conscience de la nature spongieuse du sol, due aux sphaignes au mode de développement et de croissance tout à fait particulier.

Dès le début « de la promenade ou du raid » nous observons plusieurs espèces patrimoniales, protégées, rares, mais abondantes sur cette station : une Orchidaceae, la spiranthe d’été (Spiranthes aestivalis) aux fleurs blanches et une Droseraceae, le rossolis intermédiaire (Drosera intermedia) aux feuilles ovales en rosette, plante carnivore adaptée aux tourbières acides (une mouche s’est laissée prendre au piège !). Une autre orchidaceae, plus commune, est aussi observée, l’orchis maculé, Dactylorhiza maculata (qui signifie racine en forme de doigt et feuille tachetée de brun).

Nous pouvons également noter trois espèces de Bruyère (Ericaceae), la bruyère à 4 angles (Erica tetralix), la bruyère cendrée (Erica cinerea) et la callune (Calluna vulgaris), caractéristiques des landes. Nous pouvons de plus remarquer une Apiaceae (ex Ombellifères), Carum verticillatum, caractéristique des bas marais acides et arborant une belle ombelle blanche, ainsi que de nombreuses petites plantes herbacées plus discrètes (Polygala serpyllifolia, Lysimachia (= Anagallis) tenella, Scutellaria minor, Potentilla erecta, Lobelia urens, une Campanulaceae aux jolies petites fleurs bleues…).

Autour d’une mare (probablement un trou de bombe) se trouve un peuplement dense de millepertuis des marais (Hypericum elodes, Hypericaceae), aux petites fleurs jaunes.

En passant plus près de la lisière du boisement, nous trouvons de nombreux saules rampants (Salix repens, Salicaceae), typiques des landes.
La promenade botanique se termine par l’observation, en bordure du chemin de deux espèces de Lamiaceae (la germandrée scorodoine, Teucrium scorodonia et la brunelle commune, Prunella vulgaris), qui permettra de préciser les critères distinctifs de cette famille (tige carrée, feuilles opposées, corolle en tube avec une lèvre inférieure).

Bien que la sortie avait une vocation botanique, l’aspect faunistique de la sortie fut tout aussi intéressant et riche : de nombreux insectes dont certains très rares, un carabe (Carabus cancellatus, Coléoptères), le miroir (Heteropterus morpheus, Lépidoptères), le criquet ensanglanté (Stethophyma grossum, Orthoptères) et probablement la decticelle bariolée (Metrioptera roeselii, Orthoptères), des « mouches » (syrphes, scatophages, taons…), des sauterelles, criquets, grillons (entendus), des papillons (pyrales, demi-deuils, azurés, sylvaines…) ainsi que des arachnides moins rares comme les Aranéides, l’argiope frelon (Argiope bruennichi) et l’agélène à labyrinthe et leurs toiles spectaculaires.

En conclusion, cette sortie fut vraiment très intéressante grâce à la passion des différents participants (de plus, beaucoup de chants d’oiseaux ont été entendus et attribués !), et démontre tout l’intérêt d’une gestion concertée de la nature. Cela me donne envie de revenir, car j’ai trouvé des similitudes avec le Marais Vernier dans l’Eure et j’aimerais approfondir ma connaissance de ces milieux en lien avec leur richesse potentielle en plantes médicinales.

Odile

Flore et faune en image

Espèces végétales observées lors de la sortie (liste non-exhaustive)
Retrouvez les espèces en gras dans la photothèque (classement par famille)

Calluna vulgaris (Ericaceae), la Callune
Erica cinerea (Ericaceae), la Bruyère cendrée
Erica tetralix (Ericaceae), la Bruyère à quatre angles
Spiranthes aestivalis (Orchidaceae), la Spiranthe d’été
Dactylorhiza maculata ericetorum (Orchidaceae), l’Orchis des bruyères
Ulex minor (Fabaceae), l’Ajonc nain
Ulex europaeus (Fabaceae), l’Ajonc d’Europe
Sphagnum sp. (Sphagnaceae), Sphaigne
Carum verticilliatum (Apiaceae), le Carvi verticillé
Polygala serpyllifolia (Polygalaceae), le Polygala à feuilles de serpolet
Lysimachia (= Anagallis) tenella (Primulaceae), le Mouron délicat
Scutellaria minor (Lamiaceae), la Petite Scutellaire
Potentilla erecta (Rosaceae), la Potentille dressée
Salix repens, (Salicaceae), le Saule rampant
Drosera intermedia (Droseraceae), le Rossolis ou Drosera intermédiaire
Hypericum elodes (Hypericaceae), le Millepertuis des marais
Pinus pinaster (Pinaceae), le Pin maritime
Eriophorum angustifolium (Cyperaceae), la Linaigrette à feuilles étroites
Pedicularis sylvatica (Orobanchacées), la Pédiculaire des bois
Frangula alnus (= F . dodonei) (Rhamnaceae), la Bourdaine
Lobelia urens (Campanulaceae), la Lobélie brûlante
Teucrium scorodonia (Lamiaceae), la Germandrée scorodoine
Prunella vulgaris (Lamiaceae), la Brunelle commune

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés