Le havre de Regnéville en automne à marée descendante

Une sortie à Montmartin-sur-Mer

le 4-déc-2019 par un temps assez froid et bien gris, nous étions sept à se retrouver au parking de la plage de Montmartin, à l’embouchure du havre de Regnéville.  Avançant vers la pointe, nous avons pu présenter les oiseaux typiques de l’estran et de cet estuaire. Une cinquantaine de bernaches cravants à ventre pâle se nourrissaient ici sur les bancs d’algues vertes, en compagnie d’autres limicoles. C’est l’hivernant le plus fameux du havre, un des rares oiseaux de la Manche se reproduisant sur le continent américain, dans le grand nord canadien.

Une centaine d’huîtriers pies s’y trouvaient ainsi qu’au moins 30 pluviers argentés. En cherchant un peu, nous avons pu observer quelques barges rousses avec de nombreux bécasseaux sanderlings et variables. Plus haut sur la plage, nous avons enfin décelé une quinzaine de grands gravelots et quelques tournepierres à collier.

A la Pointe de Montmartin, d’autres bernaches passaient de temps en temps au-dessus des hérons cendrés et aigrettes garzettes,  avec environ 80 courlis cendrés. Une quinzaine de sternes caugeks pêchaient, plongeant de temps en temps. La présence de ce laridé en cette saison, autrefois impensable, est devenue monnaie courante. Au loin sur le banc de sable devant la Pointe d’Agon se reposaient quelques eiders à duvet et un certain nombre grands cormorans, et nous avons eu le plaisir d’observer deux spatules blanches devant la point de Montmartin. Cet oiseau spectaculaire est devenu un hôte régulier du havre, non seulement au passage internuptial mais même en hiver.  Sur les bancs de sable, divers laridés étaient présents dont le goéland cendré et la mouette rieuse.

C’était le moment pour l’apparition d’un phoque veau-marin qui pêchait en produisant beaucoup de remous juste devant nous à la pointe. Inconnue de ce site autrefois, l’espèce est apparue dans les années 80, toujours à l’unité. C’est depuis 2016 que l’observation de plusieurs individus dans le havre est devenue fréquente voire presque quotidienne.

Sur le retour derrière la dune, un petit groupe de vanneaux huppés et quelques corneilles noires passaient au loin, et un traquet pâtre a fait une apparution fugitive ; un petit détour à la fin du parcours a permis de contacter un faucon crécerelle, des merles noirs, une grive mauvis, quelques alouettes des champs, des pipits farlouses, des linottes mélodieuses et presque deux cent pinsons des arbres sur les terrains agricoles et dans les arbustes au sud du parking.

Toutes ces informations – qui ne sont pas des dénombrements précis mais de simples observations au gré de la sortie – ont été enregistrées dans l’app NaturaList et sont donc visibles avec beaucoup d’autres obsevations locales dans le site Faune France (https://www.faune-france.org/).

 

Jan Wikramaratna

Share Button
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés