Quel climat après la COP 21 ?

La COP 21 s’achève, la lutte contre le réchauffement climatique ne fait que commencer.

 
Dès 1972, les scientifiques nous avaient prévenus que si nous ne changions pas de mode de développement, nous courrions à la catastrophe, et c’est ce qui arrive aujourd’hui.

Aussi, beaucoup de nos concitoyens sont, comme nous, révoltés par l’inertie de la plupart des gouvernements qui, depuis plus de 40 ans, n’ont pratiquement rien fait pour que cessent toutes ces pollutions qui continuent de détruire la nature. Une nature qui bientôt, ne pourra plus assurer la survie de centaines de millions d’humains. Déjà, chaque année, des millions de migrants doivent fuir un environnement qui leur est devenu hostile. Et demain, qu’adviendra-t-il de nos petits-enfants ?

Le climat est en état d’urgence, bien au-delà de celui dans lequel nous vivons actuellement face aux récents événements. L’État nous empêche de nous exprimer librement lors de rassemblements, et nous ne pouvons crier notre indignation, notre colère et nos espoirs pour qu’enfin des décisions politiques amènent à de réels changements de société.

Les membres de notre association ont, en conséquence, décidé de contourner cette interdiction en utilisant un moyen d’expression vestimentaire, comme le faisaient les révolutionnaires de 1789 : nous demandons à tous de se vêtir d’une écharpe blanche quand ils sortiront de chez eux, et ce pendant la durée de la réunion de la COP 21 de Paris.

Porter une écharpe blanche aura alors une signification précise :

  • dire notre indignation face à l’inertie passée des états face aux problèmes de pollution ;
  • demander que tous les états prennent très rapidement des mesures nécessaires à une réduction drastique de toutes les pollutions ;
  • demander que l’on tende vers une société sobre et solidaire où les inégalités seront considérablement réduites ;
  • exigez la mise en œuvre immédiate des réformes nécessaires pour y parvenir.

Ce sont là les initiatives à prendre si nous voulons sortir de ce mauvais pas avec le moins de dommages possible !

Pourquoi une écharpe blanche ?

Le blanc symbolise la pureté (de nos intentions), la sagesse et la paix.
Une écharpe blanche, découpée dans un vieux drap ou autre linge, est un moyen simple d’afficher nos revendications. C’est le symbole que nous portions l’année dernière lors de la marche pour le climat à Granville et qui pourra être utilisé en d’autres circonstances.

Tempête du 11 mars 2008 à Blainville-sur-Mer

Tempête du 11 mars 2008 à Blainville-sur-Mer


 

Il faut bien comprendre que climat et biodiversité sont intimement liés. Le dérèglement de l’un contribue à fragiliser l’autre.

La lutte contre de dérèglement climatique doit nécessairement aller de pair avec la protection et la restauration de la biodiversité.

Réduire les gaz à effet de serre dans l’atmosphère doit donc s’accompagner d’une diminution drastique de tous les autres polluants (pesticides, métaux lourds…) qui sont répandus dans l’air, dans l’eau et dans la terre.

Il en va de la survie de centaines de millions de champignons, d’orchidées, d’escargots, d’abeilles, d’araignées, de crabes, de mille-pattes, de gobe-mouches, de tortues, de poissons, de bactéries… et d’hommes ! (de Fernandes et de Félicies aussi ! ☺)

En tant qu’hommes, en tant que responsables de toutes ces atteintes à ce merveilleux équilibre naturel sur la planète, nous devons tout faire pour corriger nos erreurs et développer un mode de vie en harmonie avec le monde qui nous entoure.

Sinon, demain, qu’adviendra-t-il de cette merveilleuse diversité de vie ?

Au-delà des dons aux ONG, des milliers de paires de chaussures sur la place de la République, des pétitions, des marches et des chaînes humaines, dont les effets semblent très limités, il nous faut absolument essayer d’autres formes de lutte. Alors, nous faisons appel à vos imaginations, écrivez-nous, car le temps passe et chaque jour la situation s’aggrave.

La tâche sera rude, mais elle est porteuse d’espoirs et doit redonner un sens à la vie. C’est une belle mission !

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés