Invertébrés du havre de Regnéville

Les dossiers de Manche-Nature n°8

Flore et Faune du havre de Regnéville
Etat de la recherche – Vol. 3
Invertébrés et faune patrimoniale

 

Après l’étude de la flore vasculaire et des vertébrés, Alain LIVORY achève ce triptyque sur le havre de Regnéville par le volet invertébrés. Le bilan provisoire pour la faune est de 1 632 espèces parmi lesquelles plus d’une sur cinq, rare ou typiquement littorale, est qualifiée de patrimoniale par l’auteur. Cet inventaire place le plus prestigieux des estuaires de la côte Ouest au niveau des grands sites naturels normands. En cette année 2010 vouée à la biodiversité, ce nouveau dossier rend hommage à la faune des anonymes, innombrable et vertigineuse, méconnue et, pour cette raison sans doute, mal aimée.

couv-ffhr-v3

Escargots, araignées, papillons, mouches, punaises, scarabées, guêpes, fourmis, abeilles… Qui soupçonnait que sous ces termes vagues se cachaient tant d’espèces différentes ? Qui devinait que sous le sable, dans l’épaisseur des fourrés, dans la mare ou sur les fleurs de la dune vivait une telle profusion de petites bêtes ? Si le texte nous révèle les secrets de leur existence, il serait sans doute un peu rébarbatif pour le profane s’il n’était illustré de quelque 270 photographies dues à Alain LIVORY et à Philippe SCOLAN, sans compter quelques superbes dessins de Roselyne COULOMB.
Cette iconographie originale contribuera, n’en doutons pas, à faire aimer cette faune trop souvent oubliée et à pérenniser la protection du havre de Regnéville et de la pointe d’Agon.
Ce travail entièrement bénévole, comme toutes nos recherches publiées dans L’Argiope et Les Dossiers de Manche-Nature, met en valeur et fait connaître ce grand site naturel bien au-delà des frontières du département. Il eût été normal que les communes riveraines, Agon-Coutainville et Regnéville au premier chef, ainsi que le Conseil général le soutiennent moralement et financièrement à hauteur de leurs moyens respectifs.
Sollicités en ce sens, tous ont refusé sèchement leur aide, parfois même avec des mots exprimant le mépris. Seule la DREAL de Basse-Normandie nous a accordé une subvention qui couvre 13,5 % des frais d’impression. Il ne nous reste plus qu’à espérer que les ventes nous permettront d’amortir cette lourde dépense de trésorerie. La qualité de l’ouvrage devrait y contribuer, comme l’atteste par exemple le témoignage de notre collègue Peter STALLEGGER, paru sur le forum Obsnorm, que nous reproduisons ici :

« Je viens de découvrir un véritable bijou naturaliste, « Flore et faune du havre de Regnéville, état de la recherche, volume 3 : Invertébrés et faune patrimoniale », par Alain LIVORY
(avec dessins de Roselyne COULOMB et photos de Philippe SCOLAN). Les dossiers de Manche-Nature N° 8 – 2010, 168 pages couleur
Pour rappel, le havre de Regnéville, c’est un des havres de la côte ouest du département de la Manche, celui qui comporte la pointe d’Agon et l’embouchure de la Sienne.

Pas moins de 1 632 espèces animales sont désormais connues de ce site, dont 1 300 invertébrés, ce qui en fait un des sites les mieux étudiés en Normandie. Mais si d’autres sites naturels normands prestigieux comme l’estuaire de l’Orne, la réserve de Beauguillot, la tourbière de Mathon, etc. bénéficient déjà d’inventaires faunistiques assez avancés, c’est la première fois qu’un site fait l’objet d’une publication de synthèse accessible à tous les naturalistes, et non dans différents rapports d’étude plus ou moins confidentiels ! Une première pour la Normandie, c’est certain, mais je me demande si un autre site en France bénéficie déjà d’une telle approche globale.

Après la parution d’un premier volume sur la flore en 2000, puis les vertébrés en 2002, Alain nous brosse maintenant un tableau complet de la biodiversité animale des vers, mollusques, crustacés, araignées et insectes, fruit de près de 30 ans de sorties de terrain. Il faut dire que l’auteur n’habite qu’à un km du site, et on peut penser qu’il ne se passe pas une semaine sans visite de terrain. L’ouvrage est très richement illustré de photos et dessins, sur toutes les pages ou presque, c’est agréable à feuilleter et à lire, et de ce fait, il reste accessible à tous, malgré les innombrables noms scientifiques qui pourraient rebuter le lecteur non spécialisé. C’est à la fois une publication pour le naturaliste curieux de tout, et bien sûr pour les entomologistes, arachnologues, malacologues…
Les groupes les mieux étudiés sont les mollusques (aquatiques et terrestres), les crustacés, et parmi les insectes les odonates, orthoptères et apparentés, hémiptères, lépidoptères et coléoptères, puis certaines familles de diptères et hyménoptères (fourmis et autres aculéates).
Mais il reste tant à découvrir. Chaque spécialiste d’un taxon particulier pourrait facilement augmenter considérablement le bilan des inventaires, je pense aux araignées, acariens, trichoptères, lombrics, des familles entières de diptères, les pucerons, les hyménoptères térébrants… Il faut savoir qu’Alain n’a pas utilisé des pièges au sol ou des assiettes jaunes, méthodes qui pourraient apporter bien de nouveautés, mais au prix du sacrifice d’innombrables spécimens d’espèces déjà connues, d’un effort de gestion et de tri des récoltes, d’archivage des spécimens. Un cinquième des espèces recensées sont qualifiées de patrimoniales, puisque rares, en limite d’aire, liées à un habitat rare ou menacé. Certaines sont citées pour la première fois de la Manche. Une des espèces les plus étranges est le Strepsiptère Halictoxenos sp., un parasite d’abeilles solitaires du genre Halictus : la femelle est dépourvue d’antennes, de pattes, d’yeux, elle passe sa vie à l’intérieur de son hôte, avec seulement une partie du corps visible entre deux tergites. La découverte la plus inattendue, je me demande bien comment notre naturaliste a fait pour débusquer dans les années 1980 « in situ » Phtirius pubis, le morpion.
Espérons que d’autres sites naturels bénéficieront dans un avenir proche d’une telle synthèse. Et je suis certain que nous lirons dans quelques années un premier supplément à cet inventaire. » – Peter STALLEGGER

 

Voici quelques pages de présentation.

Pour commander ce dossier, voici le document PDF icone-pdf-mini qui donne les tarifs et la marche à suivre.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés