Réglementation de la cueillette des salicornes

Grâce à notre implication,
la réglementation évolue positivement

Depuis 2009, Manche-Nature œuvre pour la mise en place d’une réglementation de la cueillette des salicornes à des fins commerciales dans notre département.

Les salicornes sont des espèces végétales strictement halophiles,inféodées aux sables et aux vases salés des estuaires, rares au niveau européen et faisant l’objet d’une protection au titre de la directive européenne « habitats naturels » du 21 mai 1992. Dans la Manche, toutes les zones de cueillette font partie intégrante de sites Natura 2000.

Habitat à salicornes et obione, milieu à haute production biologique indispensable à la chaîne alimentaire.

Habitat à salicornes et obione, milieu à haute production biologique indispensable à la chaîne alimentaire.

Traditionnellement l’exploitation des salicornes n’était destinée qu’à une consommation purement familiale et réalisée par quelques personnes vivant près des zones de récolte, mais, depuis 6 ans environ, elle est devenue très intensive et structurée avec des filières de commercialisation recourant à l’exportation à des fins alimentaire et cosmétique et l’impact sur le milieu naturel est devenu très important : circulation motorisée sur le domaine public maritime, campements de fortune et surtout atteinte à la ressource due à des cueillettes massives.

Pêcheurs professionnels installés sur le domaine public maritime

Pêcheurs professionnels installés sur le domaine public maritime, 22 juin 2008.

Pour préserver les populations de salicornes et leur habitat exceptionnel, Manche-Nature a dû engager des actions en justice pour que le Préfet de la Manche encadre efficacement la cueillette professionnelle. (Voir Combat Juridique)

La réglementation évolue

Laisse de salicornes...

Laisse d’estuaire avec fragments de salicornes,18 juin 2014

Les premiers arrêtés préfectoraux, en 2009, validaient simplement les pratiques dévastatrices des cueilleurs en autorisant, sur la quasi-totalité du littoral du département (à l’exception de la Réserve naturelle de Beauguillot), la cueillette des salicornes à des fins professionnelles, durant la totalité de la saison, avec des plafonds excessivement élevés : 8 tonnes par cueilleur et par saison, sans d’ailleurs rien prévoir pour les contrôles ! Mais notre action juridique tenace et continue contre les arrêtés du Préfet jusqu’en 2013 et notre présence régulière aux réunions de « concertation » ont porté ses fruits.

Ainsi, en 2014, l’arrêté préfectoral n’autorisait la cueillette des salicornes que sur cinq sites, l’interdisant de ce fait sur tous les autres. Cette interdiction a pour but de permettre la reconstitution des peuplements. Des dates limites ont été fixées et la quantité récoltée revue à la baisse.

À noter qu’un suivi scientifique a été mis sur pied sur plusieurs sites et porte sur la cartographie des végétations à salicornes et des surfaces cueillies. Ce suivi est assuré par le CPIE du Cotentin pour le compte de la DREAL. Nous avons donc maintenant les données scientifiques portant sur les densités des peuplements de salicorne et leur évolution dans l’espace et le temps.

Des avancées supplémentaires pour 2015

Il reste encore beaucoup de chemin pour obtenir des mesures pleinement satisfaisantes. Toutefois, des évolutions positives sont à noter pour 2015.

Si en 2014, les secteurs ouverts aux professionnels avaient été décidés sur la pression des cueilleurs, pour la saison 2015, les secteurs ouverts à la cueillette professionnelle ont été déterminés sur la base de critères scientifiques. Ceux-ci tiennent compte notamment de l’état de la ressource (ex : sa densité), de l’habitat (régression, érosion, stabilité) et de son ouverture l’année passée.

Autre avancée importante afin de permettre une traçabilité et une efficacité des contrôles du respect de la réglementation, l’arrêté exige que « les sacs ainsi que tout autre contenant utilisés pour la cueillette des salicornes portent la mention des nom et prénom du cueilleur professionnel auxquels ils appartiennent. Ils doivent être identifiables dès le début de la cueillette ». L’arrêté préfectoral

Rappelons que la cueillette strictement destinée à une consommation personnelle et familiale est autorisée sur tous les sites (sauf la réserve naturelle de Beauguillot) mais limitée « à ce que peuvent contenir les deux mains d’un homme adulte. »

Soyez sentinelle de la nature

Vous pouvez nous aider à préserver la ressource et les habitats en devenant sentinelle. Il s’agit de surveiller les sites de votre secteur aux mois de juin, juillet, août et septembre.

Les sites ouverts du 1er juin au 31 août sont : la pointe de Brévands, le grand Vey, les havres de Barneville-Carteret, Portbail, Saint-Germain-sur-Ay/Lessay, Regnéville et de la Vanlée (Bricqueville).

Si vous constatez le non respect de cette réglementation ou avez un doute, par exemple présence de cueilleurs sur un site non autorisé et cueillant plus de deux poignées, présence de cueilleurs sur les sites la nuit, non respect des dates de cueillette, quantité cueillie qui vous semble dépasser les limites quotidiennes autorisées…

1) contactez dans un premier temps

les agents spécialisés de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) aux coordonnées suivantes :
Service départemental
18, avenue de la République – 50200 COUTANCES
Tél : 02 33 07 40 32 – Fax : 02 33 07 99 63
E-mail : sd50@oncfs.gouv.fr

ou la brigade de gendarmerie du secteur (solliciter l’intervention d’un gendarme FREE environnement)

2) puis prévenez Manche-Nature

en précisant : la date, les lieux, les faits et le service de police contacté.

Merci pour votre vigilance.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés